• facebook
  • twitter
  • linkedin
  • art

Max JACOB. L.A.S. « le pauvre Jacob », Saint-Benoît-sur-Loire…

Lot 145
300 - 400 €
Laisser un ordre d'achat
Votre montant
 €
Enchérir par téléphone
Enchérir par téléphone

Max JACOB. L.A.S. « le pauvre Jacob », Saint-Benoît-sur-Loire…

Max JACOB. L.A.S. « le pauvre Jacob », Saint-Benoît-sur-Loire (Loiret) 28 janvier 1943, à « Cher Jean » ; 1 page et quart in-4.
Lettre de conseils à un peintre. « Toutes mes félicitations ! Vous avez compris – mais, restez humain !.. Ça va bien – Vendre ou ne pas vendre ça n’a aucune importance – question de chance ! pensez à un idéal à atteindre et qui recule, hélas, sans cesse. Vous êtes sur la voie. Je connais la fameuse pensée de Pascal. Elle prouve que l’on peut être un grand chrétien et ne pas savoir de quoi il s’agit en peinture. J’ai entendu un grand professeur non chrétien et qui valait Pascal dire que la peinture consistait à rendre le relief (ou à peu près cette phrase qui supprime d’un coup toute la peinture orientale et l’art roman en peinture). La peinture est une concentration. Atteignez la sigillarité. Merci d’avoir confiance en moi. Lisez le Journal d’Eugène Delacroix, Les Maîtres d’autrefois de Fromentin et en général toutes les critiques écrites par les peintres, des gens du métier »... Il ajoute : « Réfléchir aux conditions de l’art c’est-à-dire à l’esthétique, c’est se faire une esthétique à soi même si on pense comme les autres. Car si on pense comme les autres on n’exécute pas comme eux. [...] Vie intérieure ! Vie spirituelle ! Vie morale lente. Pourquoi toujours cette rapidité ? Vous mourrez un jour, non ? »
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue