• facebook
  • twitter
  • linkedin
  • art

Julien GREEN (1900-1998). 13 L.A.S., 1926-1940…

Lot 123
700 - 800 €
Résultats avec frais
Résultat: 1 000 €

Julien GREEN (1900-1998). 13 L.A.S., 1926-1940…

Julien GREEN (1900-1998). 13 L.A.S., 1926-1940 et 1959, à Marcel Thiébaut, de la Revue de Paris ; 16 pages in-4 ou in-8.
Belle correspondance littéraire, en particulier sur ses débuts d’écrivain. 29 septembre 1926 : « Je viens de lire le bel article que vous avez eu la bonté d’écrire sur mon livre [Mont-Cinère, son premier roman, 1926] et vous remercie beaucoup de votre grande bienveillance. Vous ne pouvez savoir combien il m’est agréable d’avoir été aussi admirablement compris. Je souhaite fort que mon prochain roman vous plaise autant que le premier »... 23 octobre : « Une lettre de Maritain confirme ce qu’on m’avait laissé prévoir chez Plon, et mon livre ne peut paraître en revue [...] Dans tous les cas, mon prochain livre après celui-là est pour la Revue, s’il lui convient, je vous le promets. Dès que j’aurai achevé mon roman, je compte écrire une longue nouvelle (d’environ 200 pages). Je vous en soumettrai le manuscrit »... Lundi : « il m’est impossible de prendre une décision au sujet de la publication en revue de mon roman alors que ce roman est à peine commencé et me tiendra en haleine peut-être une année entière. Quoi qu’il en soit, croyez bien que je ne le proposerai à personne sans vous en avoir parlé au préalable »... Zürich : « Le roman que vous me demandez si aimablement pour la Revue n’est pas encore commencé. Gringoire s’y intéresse beaucoup mais, vous le savez, il m’est impossible de me décider avant que mon roman soit, au moins, en train »... 27 janvier 1939 : « Je m’excuse de vous presser, mais je voudrais que mon journal paraisse au printemps, si cela est possible. Je suis obligé de vous demander une réponse au sujet des pages que je vous ai fait remettre le 12 janvier »... 6 juillet 1959 : « Ne voyez, je vous prie, dans mon silence que la marque de la perplexité. J’aurais voulu vous donner mon roman, mais en le recopiant pour Plon, je me rends compte, hélas, de plus en plus qu’il est presque impossible de le découper sans nuire d’une façon sérieuse à une certaine continuité que je me suis efforcé d’obtenir. Vous me direz que c’est le cas de bien des romans qu’on publie en revue, mais je crois que ce l’est plus particulièrement du mien. Il y a des cas où “à suivre” n’est pas concevable. Cela m’ennuie beaucoup pour plusieurs raisons dont la moindre n’est pas l’intérêt que vous portez à mon œuvre, mais après y avoir longuement réfléchi, je crois qu’il est nécessaire que je fasse ce sacrifice »...
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue