• facebook
  • twitter
  • linkedin
  • art

Louis de CHATEAUBRIAND (1790-1873) officier…

Lot 82
400 - 500 €
Résultats avec frais
Résultat: 1 500 €

Louis de CHATEAUBRIAND (1790-1873) officier…

Louis de CHATEAUBRIAND (1790-1873) officier de cavalerie, neveu de l’écrivain. 4 L.A., Paris 1-5 avril 1814, à sa femme, la comtesse de Chateaubriand, née Zélie d’Orglandes ; 29 pages petit in-4 ou in-8, la plupart avec adresse.
Très intéressante correspondance des jours suivant l’entrée des Alliés dans Paris.
Vendredi 1er avril [1814]. « On s’est battu dans la plaine de St-Denys mercredi matin depuis trois heures du matin jusqu’à 5 heures du soir. Joseph commandoit avec Mortier et Marmont. Ils ont été abymés. Les Russes, les Autrichiens et les Prussiens, car l’armée presque entière des alliés étoit là, ont cerné la ville qui a capitulé. Le Prince Schwarzenberg a fait une proclamation où il se déclaroit le soutien des français dans un changement de gouvernement. Cette proclamation a eu bon effet. Le lendemain jeudi on a vu des cocardes blanches. […] Nous avons parcouru les rues en faisant crier Vive le Roi »… Détails sur la conduite des souverains, « nos libérateurs », celle du peuple, et l’attente du comte d’Artois… Samedi 2 avril. « Demain doit paroître imprimée une brochure de mon oncle »… On attend la déchéance par le Sénat, présidée par Talleyrand (« assez singulier que notre salut soit venu par lui »). « Le Prince Schouvalof a dit à mon oncle Chateaubriand que l’empereur de Russie n’avait jamais chancelé dans le dessein de nous rendre les Bourbons »… échos de la soirée des souverains à l’Opéra, marquée par des manifestations légitimistes… Dimanche soir 3 avril. Nouveaux détails sur la capitulation de Paris, et les manifestations de joie, en particulier envers le Tsar Alexandre. La plupart des soldats bivouaquent aux Champs-Élysées, et sur les places ; Louis a fait ce qu’il a pu pour que la maison de ses beaux-parents fût « le moins possible pillée »… Le gouvernement provisoire se compose de gens « assez méprisables », mais c’est « par de pareils gens que Charles 2 a été rétabli en Angleterre. Il faut avant tout ménager tous les partis »… Commentaires sur la Garde nationale, les effets du décret de déchéance, et la détermination de Schwartzenberg et de Langeron de chercher « la tête du monstre »… Mardi soir [5 avril]. Sur les échanges entre les généraux et maréchaux de Napoléon, et Alexandre, puis Talleyrand, le ralliement de Marmont. « Mr de Langeron écrit que c’est une débandade générale, qu’il patientera quelques jours pour éviter l’effusion du sang, et que lorsque Bonaparte sera réduit au petit nombre de forcenés qui voudront lui rester fidèles, il frappera le grand coup, qui sera très petit »… La pusillanimité de l’assassin du duc d’Enghien fut prédit par son oncle… Attente de Monsieur… Mauvais esprit de la Garde nationale… Paris est plein « de Jacobins et de canaille qui tremblent d’être punis par le frère de leur Roi immolé », mais « quand ils verront que Mr de Talleyrant et autres de sa trempe sont les premiers restaurateurs de la Royauté, que le Sénat conserve ses droits et ses membres […] alors ils ouvriront les yeux à la vérité »…
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue