• facebook
  • twitter
  • linkedin
  • art

Didier robert de VAUGONDY (1723-1786) géographe.…

Lot 427
1 200 - 1 500 €
Résultats avec frais
Résultat: 1 625 €

Didier robert de VAUGONDY (1723-1786) géographe.…

Didier robert de VAUGONDY (1723-1786) géographe. Manuscrit autographe d’un discours, [Nancy 1756 ?] ; 10 pages et quart in-fol., avec carte dessinée et aquarellée sur onglet, relié demi-basane rouge, étui.
Discours de réception à l’Académie royale des sciences et belles-lettres de Nancy, consacré à la situation et l’étendue du lac Mœris d’Égypte. Didier Robert de Vaugondy, géographe ordinaire du Roi Louis XV, avait été nommé géographe du duc de Lorraine Stanislas Leszczynki, qui le fit entrer dans l’Académie qu’il avait fondée en 1750.
L’honneur d’être reçu dans cette illustre Compagnie comble tous ses désirs, et l’impatience d’en voir l’auguste fondateur a précipité ses pas : « De quels sentimens ne se sentent pas frappés mon cœur et mon esprit en presence d’un si grand Prince. […] Le nom de ce grand Prince est le Bien faisant, comme le Bien aimé est celui de Louis. Heureuse ressemblance entre deux princes si étroitement unis ! »… Plein de gratitude, il ne peut offrir « qu’un essai sur la Situation et l’etendue du Lac de Mœris dont l’entreprise etoit digne d’un monarque qui paroissoit n’avoir pour objet que les moyens de procurer à ses peuples l’abondance et la fertilité »… Et d’entrer en matière en rappelant l’utilité publique qui caractérise les monuments de l’Égypte ancienne : pyramides, labyrinthe, canaux, enfin, le lac de Mœris tant vanté par les historiens anciens : « C’est un fait attesté que l’existence de ce lac fait de main d’hommes, il faut en constater l’etendue, et discuter le nombre d’hommes et d’années que son execution demandoit »… Il cite longuement Hérodote, pour qui ce lac est « un present du Nil », Aristote, et le Dr Shaw ; il renvoie à des étendues d’eau comparables en Espagne, Hollande, Flandre, Holstein, etc., et postule que « les Egyptiens eurent besoin de l’assistance d’Osiris, le premier auteur de l’agriculture qui en faisant des levées de terres et resserrant l’eau du Nil dans des caneaux, dessecha le païs et le rendit propre a la culture. C’est dans ce dernier état que le docteur Shaw suppose qu’etoit l’Egypte lorsque la ville de Thebes fut bâtie »… Renvoyant aux autorités anciennes déjà citées, puis à Strabon, Bossuet, et Rollin, il rapporte des observations de Diodore de Sicile, Danville et Lucas, et évalue le contour du lac à 3800 stades. « Mais dira-t-on comment a-t-on pu non seulement concevoir l’idée d’une pareille entreprise, mais encore oser l’executer ? Que de terres à fouiller, et quel nombre d’hommes a-t-on du y employer ? »… Sur la base de la carte du P. Sicard, il en arrive à fixer à 3,365,691,735 toises cubes de terre fouillée pour construire le bassin du lac. Puis, se fondant sur la Science des ingénieurs de Belidor, et en rappelant les bienfaits d’un climat point trop rigoureux, d’un pays très peuplé et d’un souverain soucieux d’assurer « une abondance perpétuelle » à son peuple, il suppose 400,000 hommes mis en chantier pendant 31 ou 32 ans ou 200,000 hommes pendant 42 ans. L’entreprise pouvait être terminée dans le temps du règne de Mœris : « il ne s’est agi que de mettre plus d’hommes pour jouir plutôt de la satisfaction de procurer à ses sujets un moyen de fertiliser leurs terres. Il n’est point d’obstacle qu’on ne surmonte lorsque l’avantage se trouve de concert avec l’autorité du prince. Nous en avons tous les jours des exemples frappans. Labor omnia vincit improbus ».
À la suite du manuscrit, on a monté une carte dessinée à l’encre, rehaussée d’aquarelle bleue (18 x 21 cm).
Ancienne collection de Mathieu-Guillaume Villenave, qui a rédigé la page de titre : « Dissertation sur la situation et sur l’étendue du Lac Mœris pr Robert de Vaugondy lue par lui à l’Académie de Nancy, le jour de sa réception. Manuscrit autographe ».
On a relié en tête une L.A.S. de son père Gilles Robert de Vaugondy (1688-1766), 8 mai 1763, [à l’abbé Mercier de Saint-Léger] (1 page petit in-4). Il lui envoie un « avertissement d’un nouvel Atlas que j’ai composé pour l’etude de la Geographie, et principalement pour servir à l’excellente methode de feu M. l’abbé Delacroix ». Il prie ces « Messieurs » d’en faire mention dans leur prochain journal. L’avertissement devrait leur permettre « de décider entre mon Atlas et un autre qui a été pubilé pour e même objet, et qui n’y répond en rien. Il est facheux pour le public que le Libraire ne se soit pas plutôt adressé à un geographe qu’à un graveur. Ils ne seroient ni l’un ni l’autre la dupe d’un ouvrage qui repond point à leur vue »…
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue