• facebook
  • twitter
  • linkedin
  • art

Béatrix DUSSANE (1888-1969) actrice, sociétaire…

Lot 332
100 - 150 €
Résultats avec frais
Résultat: 225 €

Béatrix DUSSANE (1888-1969) actrice, sociétaire…

Béatrix DUSSANE (1888-1969) actrice, sociétaire de la Comédie-Française. 5 L.A.S., 1906-1921 et s.d. ; 8 pages formats divers.
2 mars 1906. Elle a donné son accord à Coquelin cadet : « C’est une chose entendue »... 11 septembre [1917 ?], à un ami hospitalisé. Elle est rentrée samedi et n’a pu voir son mari, le journaliste Édouard Helsey, « qui est reparti à Salonique pour je ne sais combien de temps. Reviens-nous vite, qu’on fasse beaucoup de voyages ensemble, car il n’y a que cela qui me sauvera de la neurasthénie »... 20 avril 1921. Elle prépare son livre (La Comédie-Française, 1921) : « Vous qui êtes l’homme-de-Paris-qui-connaît-le-mieux-la-Restauration, éclairez un peu ma lanterne. J’en suis au milieu du XIXe siècle pour mon bouquin. Vous savez que la période 1820-1850, sauf les représentations de Rachel, fut financièrement lamentable pour la Comédie. On attribue cela généralement à la crise romantique, mais il y a, à mon idée, autre chose. J’ai l’impression que la mode qui était sous l’Empire à la Comédie Française à cause de la prédilection que Napoléon avait pour le théâtre s’en est retirée sous la Restauration, soit que la Cour ait peu fréquenté les spectacles, soit que le mouvement mondain ait émigré vers la musique, comme sembleraient le prouver les romans de l’époque »... [1938], à un « cher Maître », le remerciant de son indulgence pour « la Sans-Gêne d’aujourd’hui [dont elle tient alors le rôle à la Comédie-Française], vous qui avez vu la première de toutes, qui restera toujours la première et la plus grande... La force de cette pièce est curieuse : nous faisons des salles pleines et le public est dans la joie la plus complète lui que l’on voit si souvent inerte... Un jour que nous nous rencontrerons entre deux rangs d’orchestre, je vous demanderai de me parler de Réjane, car je n’ai pas eu le bonheur de la voir dans ce rôle. Mais je me la rappelle dans la Lolotte de Meilhac : quel esprit, quelle gouaille, quelle spontanéité et quelle ironie en même temps ! Et à cette bienheureuse époque, une actrice pouvait faire mal élevé en scène sans hurlements et sans mots orduriers »... S.d., à Raphaël Duflos : « Je sais Suzanne et serai ravie de le jouer si vous en avez l’occasion »... On joint 2 P.A.S. (citation de Lisette dans L’Épreuve de Marivaux, et note du 29 avril 1941), 2 cartes de visite autogr., une photo ; plus une l.a.s. de son mari le journaliste Édouard Helsey (1936).
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue